© 2019 by Adhéna Forme - Mentions légales

  • Facebook App Icon

Être amoureux

February 14, 2018

Aujourd'hui, dans nos sociétés occidentales, les histoires de couples ne se justifient plus par la nécessité ou les normes sociales, il ne reste plus que l'Amour pour les faire durer. Pour être heureux à deux, notre nouveau challenge sera donc d'apprendre à aimer en commençant par comprendre ce qui nous lie vraiment à l'autre...

 

L'amour est une attirance de corps à corps, de cœur à cœur et d'âme à âme

mais aussi d'inconscient à inconscient et d'ombre à ombre.

 

Les relations amoureuses titillent nos sentiments les plus fragiles, nous transportent dans leurs flots d'émotions, occupent bon nombre de nos pensées. De manière agréable ou pas, elles nous connectent à la vie. Là où ça fait mal, c'est justement là où il est urgent d'agir, comme une blessure à vif que nous portons en nous-même et que l'autre stimule sans même s'en rendre compte. L'autre peut-être vécu comme un miroir négatif tout autant que positif, tout dépend de la conscience que nous avons de nous-même et de notre capacité fondamentale de remise en cause. Quoi qu'il en soit, les relations amoureuses sont un merveilleux moyen d'évolution.

Nous avons tendance à dire que nous « tombons » amoureux. Sur le chemin de la vie, nous nous faisons surprendre par un piège hasardeux de notre existence et chutons dans les méandres irrésistibles de l'amour. Toutes ces histoires d'amour où Cupidon se joue à loisir de notre cœur sensible ! A vrai dire, cette perspective ne m'enchante guère. Je n'ai pas envie que mon destin amoureux dépende du bon vouloir d'un autre ou d'un hasard quelconque. Je crois en la magie de la rencontre amoureuse, mais je ne veux pas attendre qu'un potentiel prince charmant vienne me kidnapper sur son cheval blanc. Je veux me sauver moi-même et me sentir responsable de ma vie sentimentale. Je veux aimer librement, sans dépendance ni souffrance, le cœur véritablement ouvert. Et je pense que l'Amour se prépare, telle une aventure dans un pays extraordinaire où le chemin commence toujours en soi-même.

 

En quoi le lien amoureux peut-il bien nous confronter à nous-même ?

 

Au contact de certaines personnes, nous avons des "sensations particulières" dans notre corps, notre cœur ou même au niveau plus subtil de notre âme lorsque nous y sommes sensibles. Soyons plus précis : cette "excitation" vient-elle de notre bas ventre, de nos tripes, de notre cœur, de notre intellect ou d'une sorte d'aspiration plus profonde que nous pressentons vis-à-vis de l'autre ? Quels sont les points de "contacts" qui s'activent ?

 

  1. envie de toucher l'autre, désir physique, attirance sensuelle et sexuelle

  2. envie de partager du temps et des moments avec l'autre

  3. envie de regarder dans la même direction que l'autre, de considérer l'avenir, de partager des valeurs

  4. envie de partages affectifs, de gestes tendres et réconfortants, de solidarité et de soutien mutuel

  5. envie d'échanges intellectuels avec l'autre, de communication au sens large

  6. envie d'être en lien avec l'autre, reconnaissance de soi dans l'autre, fort sentiment d'affinités

 

Dans le cadre des relations amoureuses, les points de "contacts" numéro 1 et 4 sont essentiels. Nous avons souvent tendance à privilégier le premier : l'attirance physique et le besoin de « faire corps » avec l'autre. Cette dimension fondamentale de la relation amoureuse, souvent perçue comme le ciment du couple, est la partie animale du lien à l'autre, apparentée à l'instinct vital, source de sentiments amoureux très puissants. Dans la littérature de l'amour, c'est la notion d'éros, « l'amour qui prend », qui voudrait posséder l'autre. Ce désir physique de l'autre peut-être conditionné par sa "forme-beauté" mais pas uniquement, car cet attrait est beaucoup plus profond et complexe qu'il n'y parait. Bien sûr, il existe des personnes complètement coupées d'elles-même qui se focalisent uniquement sur la "forme-beauté" de l'autre, ou encore pire, se laissent influencer par le regard de la société ou de leur entourage dans ce domaine. Mais la plupart d'entre nous avons dépassé ce stade superficiel de la relation amoureuse et reconnaissons une certaine attirance physique à l'autre au delà de sa simple "forme-beauté". En fait, il s'agit d'une sorte d'attirance énergétique, comme si nous "captions" sans le savoir les vibrations corporelles et mentales de l'autre et établissions instinctivement des liens de compatibilité. Notre histoire affective crée une sorte de "forme-énergétique" autour de nous que l'autre perçoit de manière inconsciente. En tant qu'êtres sensibles, nous serions capables de deviner la « qualité » d'amour que l'autre porte en lui-même et serions attirés ou repoussés en fonction de la « qualité » d'amour que nous avons pour nous-même. Sans le savoir, nous cherchons à combler nos « trous » affectifs avec les « trop pleins » de l'autre, tel les pièces d'un puzzle qui s'assemblent. C'est pourquoi nous sommes souvent attirés par des personnes portant les mêmes blessures affectives que nous, ou des blessures compatibles. C'est aussi pourquoi on parle dans ces cas de relations de dépendances affectives (nous avons besoin de l'autre pour nous sentir complet), ce qui conduit souvent et à terme, à des relations manipulatoires et souffrantes. Ceci dit, cela n'est pas une fatalité, car en mettant un peu de conscience et de lumière sur nos propres mécanises affectifs, nous transformons la donne et devenons libres de désirer.

 

Un autre centre d'activation essentiel pour les relations amoureuse se situe au niveau de notre cœur (point de contact numéro 4). On parle alors d'amour philia« l'amour qui partage, celui qui prend et donne ». C'est le plaisir que nous procure la simple présence de l'autre, les sentiments de tendresse et d'affection qu'il nous occasionne. Ce type de lien ne nous rend pas dépendant de l'autre. Il est ouvert et rempli de douceur. Cet ingrédient de l'amour est indispensable à l'équilibre dans le temps de la relation amoureuse. Pour la paix des ménages, nous devons donc apprendre à ouvrir intelligemment notre cœur à l'autre. Or, nous aurions tendance à croire qu'en ouvrant notre cœur, nous l'exposons à la souffrance. Bien au contraire, seuls les cœurs blessés sont vulnérables. Nos blessures affectives de l'enfance nous communiquent cette peur d'aimer. Et pourtant, nous étions sur la bonne voie, c'est juste que nous ne savions pas comment avancer. Nous n'avions pas peut-être les bons modèles, les bons exemples à suivre, ceux dont le sourire irradie et qui nous donnent confiance en la Vie. Dans notre ignorance, notre manque de compréhension des choses et notre sentiment d'impuissance, nous avons cru utile d'ériger des barrières tout autour de notre cœur sensible. Par maladresse, nous avons élaboré notre propre labyrinthe affectif dans lequel nous avons fini par nous perdre. Au lieu de grandir en confrontant la Vie avec la force de notre cœur, nous avons réduit ce dernier à sa forme la plus petite. Il nous faudra par la suite faire le chemin inverse pour libérer notre cœur de sa prison dorée et le remettre en mouvement. Car il n'y a rien de plus courageux, de plus confiant et de plus déterminé qu'un cœur mûr et conscient. Un cœur intelligemment ouvert ne souffre plus, ne résiste plus, ne s'accroche sur rien. Il suit joyeusement le mouvement de la Vie et s'offre naturellement aux conditions de son existence. Il vit pleinement, parfois touché et remué, souvent surpris, jamais vaincu, il bat !

« Il n'y a qu'un remède à l'amour, aimer davantage »,

Henry David Thoreau.

 

Et les rencontres d'âmes dans tout ça ? Cette vision "karmique" de l'Amour est aujourd'hui très tendance. Mais je conseille la prudence et le bon sens dans ce domaine. Lorsque nous commençons à nous considérer comme les victimes de notre karma et d'un destin amoureux tragique, nous risquons bien de faire fausse route. Mieux vaut alors revenir sur terre ! Notre âme est notre alliée, elle veut "faire corps" avec nous, elle nous aime, elle nous a choisis. Elle n'a jamais eu l'intention de nous faire souffrir, bien au contraire, elle ne veut que notre bien. Elle veut nous voir grandir et impulsera pour cela toutes les conditions nécessaires à notre évolution. Nous devons apprendre à décrypter ses messages, à véritablement comprendre ses intentions, car elle est là pour nous guider vers le mieux-être et l'Amour.

 

« Ce que l'homme ne veut pas apprendre par la sagesse, il l'apprendra par la souffrance »,

Melkisedech.

 

Pour chacun de nous, la voie de l'Amour est ouverte. Lorsque notre âme et notre cœur vibrent pleinement avec notre corps physique, nous découvrons le véritable Amour. Nous parvenons "en fin" à avancer dans le mouvement naturel de la Vie, avec cette énergie universelle que l'on appelle Amour. Nous faisons simplement et naturellement corps avec elle et basculons dans l'amour agape, « l'amour qui donne ». L'Amour ne peut être la cause de nos souffrances, seules nos imperfections humaines peuvent être source de désespoir, parce qu'au fond, nous ne savons pas véritablement aimer.

 

Aimer, c'est donner sans attendre de retour et tout acte est prière, s'il est don de soi",

Antoine de Saint Exupéry.

 

 

 

Please reload

Posts à l'affiche

Serpent sage...

September 27, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

September 27, 2019

May 7, 2019

March 25, 2019

March 2, 2019

February 4, 2019

January 6, 2019

Please reload

Archives