L'âme vibrante et la psychologie

Il n'y a rien de plus incarné que l'âme. Elle vibre dans notre corps physique, corporel, charnel. Perdre son âme, c'est perdre contact avec cette petite voix intérieure qui connaît le chemin, son chemin d'évolution, sans jugements ni analyses. L'âme sait, l'âme sent, l'âme anime le corps physique. Certains se posent encore la question de la réalité de l'âme et passent de ce fait à côté de leur vérité. Pas étonnant qu'en parallèle, ces derniers consacrent une grande partie de leur vie en quête de Vérité. Mais à quoi bon s'intéresser à plus grand que soi lorsque l'on ne connaît pas encore le soi ? L'âme est le feu de joie que beaucoup d'entre nous recherchent sans même savoir pourquoi.

Au sens étymologique du terme, la psychologie est l'étude de l'âme. Et pourtant, le terme « âme », trop longtemps associé à des croyances religieuses, ne fait plus parti des enseignements classiques. Tout au contraire, la discipline tend actuellement à gagner en crédibilité en cherchant à devenir de plus en plus «scientifique». Qu'importe, en ce qui me concerne, je remets la conscience de l'âme au cœur de ma pratique et j'apprends à distinguer avec précision ce qui touche de la personnalité construite et à trait aux blessures de l'âme, de la pulsion de l'âme remplie de vie, d'envies et de curiosités. Je travaille avec amour à l'accueil des maux de l'âme pour trouver une issue favorable à une condition humaine. La magie de la Vie s'en mêle et s'allie parfaitement à cette quête de compréhension des phénomènes.

Dans les études de psychologie, on s'interroge souvent sur l'influence de l'inné et de l'acquis dans les choix et comportements des individus. Ceci à mes yeux est un faux problème (ou une question illusoire). Du point de vue de la personnalité, on peut être amené à croire qu'une part de notre histoire humaine est conditionnée par l'inné, c'est-à-dire par ce qui est au point de départ d'une vie sur Terre, notre bagage d’incarnation en quelque sorte, mais c'est oublier le principe même du voyage et de l'apprentissage de l'âme. Si l'on regarde les choses du point de vue de l'âme, on sort de la perspective spatio-temporelle et on n'a plus besoin de se poser ce genre de question : il y a ce qui est (le réel) et notre potentiel d'évolution. Nous avons dès lors la responsabilité de tendre progressivement vers un mieux-être dans l'ici et maintenant, sur Terre et dans notre corps de chair, pas ailleurs ni au-delà.


L'âme communique dans notre corps physique au travers de sensations faites d'instincts et d'intuitions. Je crois que lorsque l'instinct rejoint l'intuition, nous sommes en paix et alignés en nous-même. L'âme vibre et nous secoue de l'intérieur pour nous permettre d'ouvrir les yeux de notre conscience et tendre vers cet alignement. On ne parle pas ici de conscience intellectuelle, analytique ou matérielle des phénomènes, mais de conscience de soi. Ainsi, on bascule d'un monde fini et limité à un monde infini et illimité au sein même de l'expérience du réel. On quitte le monde des certitudes pour regarder avec le cœur ce qui nous enthousiasme et nous rend meilleur. Là est pour moi tout l'intérêt de la psychologie, apprendre à construire en conscience et bienveillance notre bonheur à être dans l'ici et maintenant, les yeux grands ouverts sur ce qui est, dans l'acceptation totale des besoins de notre âme.

.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square